Accéder au contenu principal

Articles

A la une

Ce qui n’a pas de nom, Piedad Bonnett

Ce qui n’a pas de nom en a pourtant un. Le suicide. Un mot qu’on n’aime pas dire, un mot qui fait baisser la voix quand on le prononce, un mot qu’on n’aime pas entendre non plus, qu'on a envie d'ignorer, de maquiller en accident ou en événement, mais pourtant ça existe et ça a un nom malgré tout - et ce nom c’est suicide. Sauf qu’ici Piedad Bonnett parle du suicide de son fils, et là, oui, là effectivement ça devient innommable. C’est vrai que ça n’a pas de nom, que ça ne peut tout simplement pas en avoir. La mort de son enfant, c’est dans le désordre des choses. Alors le suicide, vous pensez bien, évidemment qu’on en perd ses mots… "Les faits, comme toujours, poussent les mots dans leurs retranchements",  c'est bien dit et c’est tellement vrai.
Piedad Bonnett, face à l’innommable, décide d’écrire et nous livre ce témoignage, ce questionnement plutôt. Pourquoi mais pourquoi mais pourquoi répété en boucle jusqu’à l’infini. Oui, pourquoi est la seule question qui vail…

Derniers articles

Comme un frère, David Treuer

Petit traité sur l’immensité du monde, Sylvain Tesson

Des hommes en devenir, Bruce Machart

11 000 THX

Ce qui a dévoré nos cœurs, Louise Erdrich

Incandescences, Ron Rash

Le châle, Cynthia Ozick

Le chagrin des vivants, Anna Hope

Seules les bêtes, Colin Niel

La femme qui attendait, Andreï Makine